Editorial

Demain devra être autrement…

Se projeter dans une nouvelle année scolaire est toujours une étape qui s’échafaude avec ses parts d’inconnues et ses points d’ancrage. Cette rentrée 2020 ne sera, de toute manière, pas une année comme les autres. Elle s’installe dans le contexte de la crise sanitaire et n’échappe pas aux multiples interrogations qui se font jour. Elle s’engage dans un environnement encore parsemé de zones d’ombre, de questions portées par les acteurs de nos équipes éducatives.

Mais nous puisons dans l’énergie de notre projet diocésain pour envisager demain. Nous avons traversé ces derniers mois et avons appris de nos fonctionnements, de nous-mêmes. Nous avons sans doute pu relire nos pratiques, expérimenté de nouvelles façons de faire, mais aussi d’être dans de nouvelles modalités de relation. La place prise par le numérique , durant cette longue période, nous a permis d’en percevoir l’intérêt avec des idées pour un autrement, mais en a également précisé ses limites, nous rappelant l’exigence de la rencontre incarnée. Nous avons d’ailleurs pu repérer combien le retour à une relation « normalisée » n’était pas allée de soi.

« Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté ». Winston Churchill

Durant cette période complexe, nous avons appris, nous avons grandi. Nous nous devons donc de prolonger les réflexions engagées et envisager comment, des expériences traversées, nous allons favoriser « une école qui grandit la personne ».

Ce plan d’animation institutionnelle va donc venir, par les actions projetées, nourrir notre projet diocésain et nous espérons vivement qu’il rejoigne par ses propositions les attentes et besoins des acteurs de nos équipes éducatives pour des réponses plus adaptées à apporter aux élèves qui nous sont confiés.
Je nous souhaite à toutes et tous une année riche de projets, de rencontres et d’enseignements.

Luc Trottier
Responsable du service 1er degré